opinion

Administration 2020 : vers une meilleure intégration des services publics sur le web

J’avais envie de vous parler d’un concours que je suis de près : Administration 2020. Dans ce concours, l’administration donne chaque année aux étudiants l’occasion de proposer leurs idées pour moderniser l’administration et le service public. Cette édition, trois thèmes permettent d’aiguiller les réflexions des participants : qualité de service, innovation participative et optimisation des organisations. Dix équipes sont encore en lice : Adev, Double je, Fil d’Ariane, Eva; JSC2020, Martignac, Form@net, Social Media Gouvernance, Tours 37 et Visiac.

Un premier projet se démarque : Social Media Gouvernance

Alors que tous les projets ne sont pas encore complètement mûrs, celui qui a donné le ton aux autres selon moi, c’est Social Media Gouvernance. Ce groupe de travail fait le constat que, malgré la révolution numérique des dernières années, et les initiatives mises en place pour que les services publics se dématérialisent, avec les nouveaux usages des citoyens, les agents restent encore peu sensibilisés à la « chose numérique ».
Il y a pourtant un enjeu capital : les dispositifs ambitieux, coûteux, de plateformes ou d’applications destinés à prendre le pli de l’évolution des usages des usagers des services publics ne peuvent se passer de la maîtrise complète des outils de communication les plus élémentaires sur le web. Quelque soit le degré de simplication du dispositif, il restera toujours trop compliqué à appréhender pour quelqu’un qui n’est pas sensibilisé aux nouveaux médias.

  • Les nouveaux usages en questions : communication sur les réseaux sociaux, les blogs et autres plateformes que l’on appelle « Médias Sociaux » (Social Media en anglais).

  • L’idée directrice du projet : Créer un dispositif pour former les agents à utiliser les supports et communiquer directement avec les usagers. Former des Community Managers, ou sensibiliser les agents à leurs pratiques (le coût serait moindre dans le second cas, comme le soulève l’équipe). Voici la présentation de leur Community Manager de l’Administration.

  • Mon analyse : Le Community Management pendant 5 ans a été lié à la communication d’entreprise, mais les organisations (gouvernementales et non-gouvernementales) avec des finalités différentes, sont de plus en plus nombreuses à s’y intéresser en 2010. Deux livres qui semblent intéressants pour poursuivre cette idée et qui sont peut être d’ores et déjà connu par les instigateurs du projet : Community management, tendances marketing – Dunod et le Community Management, par Catherine Ertzscheid – Diateino

  • Pourquoi j’y crois en tant que professionnel du web

    Leur projet est celui qui a suscité le plus de réactions, il est réalisable, et montre le réalisme dont peut faire preuve un groupe d’étudiants quand des projets impliquant les gouvernements sur le web on déjà connu un échec cuisant, en étant trop ambitieux (je pense notamment à Quaero parce que l’exemple m’a beaucoup marqué, mais il en existe beaucoup d’autres).

    Un projet qui fait des émules ?

    Après avoir parcouru leur veille sur Twitter et leurs articles de blog, je pense que d’autres équipes ont pu être influencées par ce projet. Les ressources citées par Social Media Gouvernance (comme le rapport Experts Numériques, ou le panorama des réseaux sociaux cité le jour même de sa publication) est également repris les jours suivants par les équipes les plus actives : Fil d’Ariane, JSC2020, Exprimez-vous agissons (rebaptisé Eva).

    En tant qu’observateur extérieur, je pense qu’il est normal que les participants s’intéressent à ce que publient les autres dans l’objectif de mieux faire, du moment que leurs efforts ne visent pas à se cannibaliser mutuellement.


    C’est un concours qui favorise la créativité, pas la concentration d’idées, et ce qui m’interpelle, c’est la pauvreté des sources dont certains candidats font preuve, (quand il savent les utiliser pour mettre en avant leurs idées). J’y fais attention parce que je connais les médias sociaux, et que promouvoir un projet sur le web 2.0, c’est le coeur de mon métier.


    Je souhaite donc bonne chance à tous les participants de ce concours fascinant, et félicite l’équipe Social Media Gouvernance pour leur projet qui dressera peut être les contours de l’administration de demain. Réponse fin janvier, où les participants seront retenus pour la finale.

    Suivre les organisateurs : le SGMAP (ex-DGME) sur Facebook

     




    Partager cet article sur les réseaux sociaux :

    Publié par

    Max Schleiffer

    Consultant social media freelance depuis 6 ans, je vis et travaille à Strasbourg, depuis 9 ans dans l'univers des médias sociaux. Enseignant à l'Université de Strasbourg et à l'UHA. Motard, pianiste et culturiste à mes heures perdues. Mes prestations | Mon approche | Me contacter

    3 réflexions au sujet de « Administration 2020 : vers une meilleure intégration des services publics sur le web »

    1. Merci beaucoup pour ce bel article ! Social Media Gouvernance est très touchée de votre implication et nous espérons vous revoir très bientôt sur le blog pour nous faire partager votre expérience !

    2. Droit de réponse:
      Monsieur,
      Au delà de votre intérêt marqué pour le challenge Administration 2020 qui nous touche, l’équipe Fil d’Ariane regrette profondément votre critique infondée concernant une reprise des éléments de l’équipe Social Média Gouvernance.
      En outre, parler de « cannibalisation » semble bien excessif, votre volonté affichée de prise de recul s’en trouve discréditée et reflète un esprit bien partial…
      Nous vous invitons donc à relire l’ensemble des projets avec mesure et objectivité et sans perdre de vue que tout cela n’est qu’un simple jeu dont le seul gagnant doit rester l’Administration.
      Bien cordialement,
      L’équipe « fil d’ariane »

    3. Il y a certainement une incompréhension que je mets la sur le compte de la spontanéité.

      Comme je l’ai souligné, je ne suis pas partie prenante dans le concours. Alors je vais encore le redire. Je suis observateur, blogueur, et professionnel du web. La communication sur Internet est pour moi un métier, où j’aide les entreprises à améliorer leur contact avec leurs interlocuteurs.

      Le concours Administration2020 me montre que le Service Public désire aussi développer des mécanismes pour mieux communiquer avec ses interlocuteurs sur Internet. Et dans ce cadre, je m’intéresse à ce que chaque participant fait, en observant, donnant des indications à ceux qui s’impliquent. Et je pense que plus de blogueurs devraient montrer de l’intérêt à ce concours, les blogueurs que je connais étant souvent des esthètes dans leur domaine.

      J’ai découvert une équipe qui a parlé des médias sociaux très tôt par rapport aux autres, et qui a développé un projet original et pertinent, en s’appuyant sur de bonnes sources que j’ai revu quelques jours plus tard sur le blog des participants.

      Je ne m’attends pas à ce que vous souteniez mes observations sur Social Media Gouvernance, qui est une équipe engagée au même titre que vous dans le concours.

      Par ailleurs, si je souhaitais afficher ma partialité envers les autres projets, je commencerai par décrire plusieurs points qui rendent votre projet peu réaliste et peu original :
      J’ai vu depuis 5 ans, en fait, depuis le développement des plateformes socialisantes, des cloisonnement des réseaux s’opérer, dans lesquels les usagers ne se reconnaissent pas. Vous souhaitez créer une plateforme spécifique alors que la tendance est à la concentration via les « mashups » et les « clients ». Il existe tellement de réseaux sociaux différents que les internautes dès qu’ils le peuvent (ou les connaissent) utilisent ces outils qui leur permettent de « piloter » plusieurs réseaux sociaux en même temps.

      J’ai assisté à la mise en oeuvre d’un réseau privatif pour entreprise, il y a deux ans déjà. Ce réseau a fermé au bout d’un an, et ce n’était pas par manque d’investissement financier de la part de l’entreprise, ni par manque de compétences des professionnels chargés de son développement. C’est juste que le public sensibilisé n’a pas trouvé l’intérêt d’une énième plateforme. Je n’ai pas encore trouvé un argument précis qui vienne légitimer la création de votre plateforme, mais vous n’êtes pas sans savoir que l’administration prévoit se diviser par dix le nombre de ses sites internet, pourtant infiniment moins coûteux qu’un réseau social.

      Mes observations s’appuient sur mon vécu professionnel et la veille que je réalise au quotidien pour appréhender au mieux l’évolution du web. Vous ne partagez pas ces observations et vous avez votre projet de plateforme, c’est votre choix. Et je le respecte entièrement, c’est pour cela que je n’ai pas cité davantage votre projet jusqu’à présent.

      Les commentaires sont naturellement prévus pour que vous apportiez votre point de vue. Bien que je trouve un peu étonnant de voir un solennel « Droit de réponse » mentionné au dessus de votre commentaire, je vous remercie vraiment de prendre part de votre manière à ce billet.

      Ne critiquez pas ou ne demandez pas à un blogueur de revoir son point de vue, tant que vous ne perdez pas le fil de votre projet, que vous y croyez et que d’autres blogueurs croient en vous, vous avez mille occasions de montrer que vous êtes pertinent.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *